Qu’est-ce-que l’Ashtanga Vinyasa Yoga ? Que signifie Mysore style ? Quelle différence avec le Vinyasa ?
Et le Hatha et le Yin dans tout ça ? Vos réponses sont ici !
Découvrez l’histoire, la richesse, les notions clés et les inspirations de ces différents styles de Yoga.

Peinture indienne - Yogi dans un jardin

Commençons par… le Yoga

Le Yoga est l’union harmonieuse d’un art et d’une science.
L’accomplissement d’un art demande à la fois des aptitudes, un engagement courageux et de la créativité.
La philosophie et la pratique du yoga ne sont pas liées à une religion ou une croyance quelconque.
Les maîtres de cette discipline le définissent volontiers comme une science transmise depuis des millénaires et une expérience à éprouver personnellement.

Le Yoga vient de la racine sanskrite Yug habituellement traduite par “joindre”, “unir”. Dans cette traduction le Yoga signifie l’union, et cette union est possible à partir de l’état d’unité (essentiellement de cœur) réalisé dans l’être humain.
Une autre traduction peut être donnée de la racine Yug : “habileté dans l’action”, sans restriction de nature de l’action. Cette interprétation est accessible à tout étudiant indépendamment de sa culture en Yoga et permet un enrichissement sans limite.

Pendant ce dernier millénaire, de nombreux courants ont vu le jour, mais ils conservent le même principe fondamental : l’Union et l’Harmonie du corps et de l’esprit.

L’Ashtanga Vinyasa Yoga

Les termes Ashtanga et Yoga proviennent du sanskrit, la langue des textes sacrés de l’Inde. “Ashto” signifie huit et “Anga” membres. Le sens littéral est le Yoga aux huit membres. Il s’agit d’une analyse de la pratique en la divisant en huit étapes. Les deux premières étapes sont les principes éthiques universels et les règles personnelles (Yamas et Nyamas). Tri la troisième étape (Trini = Trois) est l’étude des Asanas, des postures. La quatrième étape est le contrôle respiratoire Pranayama. Les quatre dernières étapes appartiennent à la méditation : le contrôle des sens – Prathyara – la concentration – Dharana – la méditation – Dhyana et enfin la fusion avec l’univers – Samadhi.

Il y a plus de 2000 ans, le sage Patanjali a donné à la culture yogique indienne la pierre angulaire du Yoga moderne sous la forme d’un traité nommé Yoga-Sutras de Patanjali. L’approche de cette ouvrage se veut systématique et présente la pratique de Yoga comme une science méthodique vers soi, au delà des diverses limites qui entravent notre perception.

Les huit étapes de l’Ashtanga Yoga sont l’ossature de cette approche systématique. Toutes les formes actuelles de Hatha Yoga ont pour référence les Yogas Sutras de Patanjali. De ce point de vue, nous pouvons dire que le terme Asthanga Yoga encadre la pratique intégrale du yoga classique (Hatha Yoga).

La forme particulière de Yoga qu’est l’Ashtanga Yoga a vu le jour à Mysore, petite ville de l’Inde du Sud dans le Karnataka. Le maître de cette discipline est Sri K. Pattabhi Jois. À partir du texte ancien nommé Yoga Korunta trouvé dans une bibliothèque de Calcutta Sri K. Patthabi Jois et son Guru Krishnamacharya ont travaillé à l’actualisation de cette forme dynamique de Yoga. Ils l’ont nommée Ashtanga Yoga dans leur volonté de totale adhésion aux principes classiques. La pratique est divisée en 6 séries fixes de postures enchainées. Les caractéristiques définissant le Asthanga Yoga sont l’art du Vinyasa, la respiration Ujjayi, les Bandhas, les Drishtis.

Sri K. Pattabhi Jois - créateur de l

Sri K. Pattabhi Jois

À savoir : l’enchainement des postures (asanas) de l’ashtanga est une pratique physique intense et “sportive”. Lors d’un cours d’ashtanga, la transpiration est inévitable, tout le corps est sollicité activement. La plupart des gens s’imagine que le Yoga se résume à de la méditation dans la posture du lotus…  Quel dommage. La richesse de tous les styles de Yoga est inestimable, précieuse et une vie entière ne suffit pas à en faire le tour !

Les bienfaits… sont très nombreux ! Une pratique régulière renforce l’équilibre, muscle le corps entier en profondeur, sculpte harmonieusement la silhouette, améliore considérablement l’endurance et la capacité respiratoire, apaise le mental et augmente le pouvoir de concentration, aide à réduire le stress de la vie quotidienne, masse les organes internes, améliore la souplesse et accroît l’amplitude des mouvements, élimine les toxines.

respiration et Padmasana - Studio Trini Yoga Paris

Padmasana

La respiration Ujjayi

Une posture de Yoga ne serait rien sans la respiration. Elle permet de se concentrer en s’intériorisant et elle permet d’augmenter les bienfaits de la posture.

La pratique du Ashtanga Yoga est basée sur une forme particulière de respiration : la respiration Ujjayi. Le rythme de cette respiration est constant et les postures viennent s’enchainer dans une série harmonieuse de postures dont le fil est la respiration .

La plupart des postures sont maintenues pendant 5 respirations en égalisant le temps d’inspiration et le temps d’expiration. Si l’élève n’arrive pas à conserver ce rythme dans une respiration fluide que l’on nomme “thoracique” il doit s’arrêter, revenir à la posture première, la posture de la montagne (Samasthiti ), et retrouver un souffle profond dans une respiration Ujjayi.

Dans cette forme particulière de respiration propre à l’Ashtanga yoga, le débit d’air est régulé par la glotte située au niveau des cordes vocales qui produisent alors un son sifflant. La respiration devient sonore. La constance du son marque la régularité de la respiration quelles que soient les postures abordées. Enfin la respiration Ujayyi augmente la sensation de chaleur ainsi que la respiration cellulaire, ce qui améliore le nettoyage du corps en profondeur .

Le style “Mysore”

C’est une pratique autonome traditionnelle au lever du soleil originaire de Mysore en Inde, tel que l’enseignait Sri K. Pattabhis Jois. Le professeur guide et ajuste individuellement chaque pratiquant lui permettant d’aller au plus juste de sa capacité physique et mentale. La progression est individuelle, graduelle et détaillée. L’intérêt de la pratique si tôt le matin réside dans un mental non perturbé par la journée et un corps reposé; la journée qui suit est profondément dynamisée et on se renforce durablement. Ce type d’enseignement permet de créer une vraie pratique personnelle, maîtrisée, en pleine conscience.

Le Vinyasa Yoga

Inspiré principalement par le Ashtanga Vinyasa Yoga codifié par Sri K. Pattabhi Jois, le Vinyasa s’en démarque par son caractère libre et créatif. Il ne se base pas sur un enchaînement de postures spécifiques. L’essence du Vinyasa est l’enchaînement fluide et dynamique de postures accordé à la respiration. L’improvisation et la créativité sont des éléments clés de cette pratique, comme dans une chorégraphie.

À l’instar d’une improvisation musicale, cette pratique vivifiante et inspirée demande au professeur une grande expérience dans la pratique traditionnelle de l’Ashtanga et une harmonie parfaite entre la respiration et les postures enchainées comme le sont des accords musicaux. Ce style de Yoga est très apprécié par la culture occidentale de part sa nature sportive, rythmée et détachée de la tradition indienne.

Comme pour les autres styles de Yoga, la dernière étape fondamentale de la pratique est la relaxation profonde.

Le Yin Yoga

Le Yin Yoga s’adresse à tous, sans exception. Sportifs ou pas, jeunes ou personnes plus âgées, Yogi expérimentés ou grands débutants. C’est une pratique très douce inspirée du yoga taoïste où les postures sont apaisantes et tenues pendant plusieurs minutes. Elle focalise son attention sur les tissus conjonctifs (les tissus qui soutiennent, lient, ou séparent différents types de tissus et d’organes du corps comme les ligaments, le cartilage, l’os, les articulations). Là aussi, la respiration joue un rôle fondamental : le yin associe des combinaisons de respirations lentes et profondes et favorise l’accès à un état méditatif avancé.

En chinois traditionnel, le “Yin” désigne “l’ombre”, “le nuage” ou encore le “versant ombragé”. À travers cette signification, il faut comprendre le Yin Yoga comme une discipline s’intéressant de façon délicate à notre Être profond, à la partie immergée de l’iceberg mental et physique que nous sommes.

Cette pratique est un excellent complément aux pratiques sportives intenses et aux yogas dynamiques comme l’ashtanga ou le vinyasa. Elle sollicite en profondeur et en douceur le corps et le mental. Ses bienfaits principaux sont le renforcement des tissus conjonctifs, l’amélioration des capacité d’étirement du corps, la maîtrise de notre énergie intérieure; elle favorise la faculté à “lâcher-prise” et à méditer.

Le Hatha Yoga

Origines du Hatha

Le Hatha est le style de Yoga le plus connu et courant dans nos sociétés occidentales. Ses origines sont très anciennes : ses premières racines ont vu le jour en Inde il y a près de 5000 ans et se sont transmises tout d’abord par voie orale. Le Hatha Yoga en tant que tel est né au XIIe siècle au travers de Yogis recherchant la perfection corporelle comme moyen d’accès à la libération spirituelle. Il a ensuite a été codifié pour la première fois au XVe siècle dans un texte en sanskrit rédigé par Yogi Svatmaram.

Plus qu’une “pratique” (ce serait bien trop réducteur !), le Hatha traditionnel est à la fois un art de vivre et une philosophie. Il rassemble de manière harmonieuse et précise des postures physiques (asanas), des techniques respiratoires (le pranayama) et de purification (les Kriyas), de la relaxation (nidra), de la méditation (dhyana) et des enseignements philosophiques sur l’Homme. À travers les siècles il s’est enrichi et sa diffusion à travers le monde a principalement eu lieu au XXe siècle.

D’un point de vue étymologique, “Hatha Yoga” signifie l’union, l’harmonie de forces opposées et complémentaires. En sanskrit, “Ha” est le soleil, “Tha” la lune. C’est l’union des dualités : souffle inspiré et souffle expiré, masculin et féminin, soleil et lune, yin et yang. Une autre traduction est le “yoga de la vive force”.

Le Hatha aujourd’hui en Occident

En Occident, ce qu’on appelle “Hatha Yoga” s’est détaché de la recherche spirituelle qui le caractérise. Il englobe les pratiques physiques (posturales et respiratoires) et la méditation dans le but de renforcer ou retrouver la santé, et améliorer l’hygiène de vie. Il conserve plusieurs principes moraux comme la recherche de l’humilité, la meilleure compréhension du Soi, et la quête constante d’harmonie intérieure et extérieure. La recherche d’Unité du corps et du mental, et l’Union des dualités y sont toujours bien présentes.

La pratique occidentale du Hatha est une pratique douce et ouverte à tous, sans limite d’âge ou aptitudes physiques particulières. Tout en étant une véritable pratique physique, il ne comporte pas de risques de se blesser, de s’épuiser, ou de se lasser. C’est une ressource inestimable, riche et variée, dont l’apprentissage est sans limite. Comme pour les autres styles de Yoga, il n’est pas question de rechercher des prouesses corporelles. Il n’y pas de “meilleur” yogi, pas de compétition, pas de classement.

La coordination des mouvements avec la respiration y est fondamentale et un élément central dans son apprentissage, de même que les alignements. Les inspirations sont reliées aux mouvements ascendants et postures d’ouverture du corps, les expirations sont synchronisées avec les mouvements de torsions ou de fermeture du corps.

Comme dans l’ashtanga (qui est un de ses descendants plus dynamique et exigeant physiquement), les postures appelées asanas sont le fruit de recherches approfondies pendant des millénaires, et sont enchainées dans un ordre bien défini (les postures sont tenues plus longtemps qu’en ashtanga). Elles sont précises et nécessitent de la patience, de l’entraînement et un véritable engagement avant de les maîtriser totalement. Derrière les postures et leurs enchainements se cache une complexe logique mécanique corporelle et mentale, et il faut du temps avant de la découvrir, la comprendre et l’intégrer !

Le Hatha met l’accent sur l’expérimentation de notions à la fois opposées et complémentaires : inspiration/expiration, ouverture/fermeture, résistance/relâchement, mouvement/immobilité.

Ses bienfaits ont été prouvés par la Science

– À la condition d’avoir une pratique régulière ! –  Ses bienfaits sont : une meilleure gestion du stress, la baisse des tensions physiques et psychiques, un ralentissement du vieillissement cellulaire, un équilibre émotionnel et une concentration renforcés, une augmentation de la souplesse grâce au travail postural, un sommeil plus profond et plus facile d’accès, un accroissement de la capacité respiratoire, une meilleure prise de conscience de son corps et de son interaction avec notre mental. En bref, un bien-être généralisé et durable, sans compter la joie de pratiquer au Trini !